Puisque nous parlons des lobbies, après l'agroalimentaire, abordons donc le lobby pharmaceutique. De toute façon, pour soigner tous ces gens malades du premier, il fallait bien trouver un moyen de générer de l'argent. Ainsi, les lobbies agroalimentaires donnent la main aux seconds. Et puis, si jamais vous échappez a l'agroalimentaire, ne vous inquètez pas, les lobbies du tabac seront là pour vous ramener dans le bon chemin! ( je sais de quoi je parle, je suis encore fumeuse...mais plus pour longtemps...) Je me suis permises donc de mettre en lumière un blog très intéressant,  Pharmacritique , dont voici le lien ( pour ceux qui s'y connaissent un peu, ou pour ceux qui ont envie d'aller plus avant dans les différentes manipulations dont, nous autres, les consommateurs non avertis, faisons les frais.

Pharmacritique (Blog d'intêret public!!!)

http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/06/07/les-medicamenteurs-enquete-sur-l-influence-du-lobby-pharmac.html

Le documentaire à voir " Les Médicamenteurs" ' excellent! très belle réalisation!)

http://www.ubest1.com/?page=video/21920/-Les-M%C3%A9dicamenteurs-#null

 

 

 

 

Le mardi 9 juin 2009 à 20 h 35 a été diffusé sur France 5 le documentaire "Les Médicamenteurs". L'extrait est tiré de cette page de Télérama, où il accompagne la présentation de Samuel Gontier. "Cette enquête, conduite par Brigitte Rossigneux, journaliste au Canard enchaîné, et coréalisée par Stéphane Horel et Annick Redolfi, dévoile les secrets de l'industrie pharmaceutique en suivant les pérégrinations des médicaments, depuis leur conception jusqu'à leur exploitation commerciale."

Lire aussi les commentaires de Pharmacritique, contenant des liens pour approfondir et/ou compléter les questions évoquées dans le documentaire.

 

On y aborde la prééminence absolue du marketing (voir cette note de Pharmacritique et celles-ci) et de la course aux profits. Rien d'autre ne compte : ni la santé des patients, ni l'innovation thérapeutique désormais quasi-inexistante, ni l'intégrité scientifique...

Le monde médico-pharmaceutique est une jungle où le plus fort domine, et où la force se conquiert d'abord par l'argent. La très grande majorité de ceux qui évoluent dans ce monde - médecins et leaders d'opinion, laboratoires, pharmaciens, associations de patients, sociétés savantes, chercheurs, hommes politiques servant de VRP - sont reliés par des liens plus ou moins visibles faits d'influences, de liens financiers et de tout autre moyen permettant d'augmenter les chiffres de vente et créant des conflits d'intérêts. Ces liens agissent comme une glue qui emprisonne les mouches sur les toiles d'araignées... Et souvent sans qu'elles s'en rendent compte, puisque les biais ne sont pas toujours explicits, surtout lorsque le ghost management des pharmas - gestion et contrôle invisibles de tout ce qui concerne l'information médicale et les médicaments, voir cette note - est à ce point-là omniprésent.

95% des médecins reçoivent toujours les visiteurs médicaux des laboratoires pharmaceutiques (pour comprendre l'impact de la visite médicale sur les prescriptions et les méthodes dont elle se sert pour influencer les professionnels de santé, voir ces notes de Pharmacritique). La formation médicale continue (voir ces notes) est financée en grande partie par l'industrie.

Bon nombre d'hommes politiques ont des conflits d'intérêts - des liens financiers et autres -, y compris au plus haut niveau de l'Etat. (Pour ce qui est des liens des Sarkozy (Nicolas Sarkozy mais aussi son frère, le Dr François Sarkozy) surtout avec Sanofi-Aventis, voir cette note et celle-ci. Le documentaire comprend d'ailleurs un extrait de la convention UMP de 2006, où Nicolas Sarkozy salue, dans son discours, la présence de Jean-François Dehecq entre autres par ces mots: "je peux dire que, dans l'aventure Sanofi-Aventis, on a travaillé main dans la main". Et celui-ci répond en gros en demandant de plus gros efforts législatifs en faveur des intérêts économiques des laboratoires pharmaceutiques... Les hommes politiques sont contents d'aller inaugurer les usines et les filiales des laboratoires, mais, dit Dehecq s'adressant à Sarkozy et autres autres dirigeants de l'UMP, "j'aimerais que vous vous en souveniez quand vous faites les lois"... Voilà qui est très clair!